Le livre de "l'avocat du milieu" menacé d'interdiction

Publié le par Dura Lex Sed Lex

  • Un commissaire mis en cause par Me Karim Achoui dans son livre "L'avocat à abattre" réclame l'interdiction de l'ouvrage. Le juge examinera le recours la semaine prochaine.

  • Personnage sulfureux connu comme l'avocat de membres du grand banditisme, Karim Achoui reconnaît lui-même ne pas être apprécié des limiers de la police.

Karim Achoui, avocat de membres du grand banditisme
Agrandir l'image

Crédit Photo : TF1/LCI

Ce n'est que le dernier démêlé judiciaire en date pour Karim Achoui, connu comme étant l'avocat de membres du grand banditisme, qui reconnaît lui-même ne pas être apprécié des limiers de la police chargés de traquer le banditisme, lesquels lui reprochent de "franchir la ligne jaune". En juillet 2007, la ministre de l'Intérieur, Michèle Alliot-Marie, avait demandé à ses services "d'étudier la possibilité d'intenter une action en diffamation" contre l'avocat. Dans son livre, Me Achoui affirme que cette demande est restée lettre morte.

Le syndicat Synergie contre-attaque

Dans cet ouvrage dont l'interdiction est désormais demandée à la justice, le sulfureux avocat met particulièrement en cause un commissaire dont l'indicateur est le principal suspect dans la tentative de meurtre l'ayant visé le 22 juin 2007 à la sortie de son cabinet parisien. Cet homme, Ruddy Terranova, 30 ans, et trois autres présumés complices, soupçonnés d'être impliqués dans l'agression, ont été mis en examen en avril 2008 par le juge Jean-Louis Périès pour "tentative d'assassinat en bande organisée" et écroués. Ruddy Terranova est soupçonné d'être celui qui a blessé l'avocat par balles.

Jeudi dernier déjà, Bruno Beschizza, secrétaire général de Synergie, syndicat d'officiers de police, avait demandé à Michèle Alliot-Marie que soient engagées des "poursuites" contre Karim Achoui afin de "protéger les policiers". Il dénonçait une "campagne publicitaire" de Me Achoui qui "raconte tout et n'importe quoi". Et il avait rappelé à l'occasion que l'avocat a lui-même été mis en examen, dans la spectaculaire évasion d'Antonio Ferrara de la prison de Fresnes en 2003, dont le procès s'ouvre le 2 octobre devant la cour d'assises de Paris. Poursuivi pour "complicité" dans cette évasion, Me Achoui nie les faits, arguments à l'appui - des arguments qu'il développe à nouveau dans son ouvrage.

à paraître jeudi aux Editions du Cherche Midi.

Source : AFP & LCI

Publié dans Avocat

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article